Chomérac (Ardèche)

Vibrant hommage à Philippe Jardin…

JPEG - 1.1 Mo

Dès que la disparition de Philippe Jardin a été connue lundi 21 septembre au matin, le drapeau de la mairie a été mis en berne.

JPEG - 840.6 ko

Le soir même en préambule à la séance du conseil municipal un hommage lui a été rendu par le Maire François Arsac :

« C’est avec émotion et une grande tristesse que j’ouvre cette séance du conseil municipal.

Le Docteur Philippe Jardin nous a quittés hier sur les routes ardéchoises en pratiquant son activité sportive préférée, le vélo.

Il a été le Maire de notre commune pendant deux mandats, de 1989 à 2001.

Son œuvre aura été marquée par de nombreuses réalisations que les Choméracoises et Choméracois fréquentent chaque jour : le complexe sportif, la salle du Triolet, le parc de verdure pour ne citer qu’elles. Il en était fier.

Ses derniers mots, dans cette salle, à ma place, le 23 mars 2001, étaient empreints de cette fierté. Je le cite :

"Je suis fier d’avoir servi ma ville pendant ces deux derniers mandats et encore plus fier des réalisations accomplies. Aujourd’hui, l’œuvre de rénovation doit être poursuivie. J’ai confiance dans les dix-neuf élus désignés par les urnes et plébiscités par la population, qu’ils sachent qu’il leur faudra retrousser les manches et consacrer chacun environ une à deux journées par semaine, sinon rien ne se fera. En m’enlevant cette lourde tâche, vous m’avez soulagé d’un énorme fardeau, sachez néanmoins que je vous envie ".

J’ai eu le plaisir d’échanger longuement avec lui il y a quelques semaines dans notre bureau de Maire.

Il me donnait des conseils, me faisait part de son expérience, des bons et moins bons moments de ses deux mandats mais surtout, nous avions évoqué notre ville, Chomérac.

Je garderai en mémoire ce moment car au delà de nos différences politiques, très superfétatoires, j’avais du respect pour l’homme et l’ancien Maire mais également de l’affection pour le médecin de famille qu’il a été dès son arrivée en 1975.

Au nom des Choméracoises, des Choméracois et du conseil municipal, je présente mes condoléances les plus sincères à son épouse, ses enfants, ses petits enfants pour ce deuil cruel qui les frappe.

A cet instant, je salue sa mémoire et vous demande d’observer une minute de silence. »

Par ailleurs, Noël Bouverat s’est exprimé pour le groupe des élus de l’opposition :

« Philippe Jardin a largement contribué à doter le village de réalisations importantes telles que la salle des fêtes et le gymnase du Triolet, le parking, la réfection des trottoirs, l’éclairage public des rues, le terrain de tennis….

Médecin pendant de nombreuses années à Chomérac, il s’est ensuite installer comme allergologue à Privas tout en exerçant en tant que chef de service à l’hôpital dont il est parti récemment.

Philippe était attaché au service public hospitalier et défendait à sa façon les moyens nécessaires à son bon fonctionnement.

Pour certains, il fut un compagnon de route politique, pour d’autres c’était un ami. Pour la population, il restera un médecin qui exerçait une médecine à visage humain.

Nous exprimons auprès de sa veuve, de ses filles et de ses petits-enfants, notre profonde tristesse de ce départ prématuré et notre soutien très amical. »

< Revenir à Informations courantes