Chomérac (Ardèche)

Discours du Maire François Arsac pour l’inauguration du parc de verdure…

IMG/jpg/discours_inauguration_FB_2.jpgIMG/jpg/discours_inauguration_FB_3.jpg
IMG/jpg/discours_inauguration_FB_4.jpgIMG/jpg/discours_inauguration_FB_5.jpg

C’est un réel plaisir de vous retrouver ce soir dans ce magnifique parc rénové pour passer ensemble un moment de convivialité et célébrer la fête de la musique.

En introduction, je me permettrai de répondre aux esprits chagrins que vu son état, il n’était pas envisageable de la célébrer rue de la République comme les années précédentes. Que leur conscience critique se rassure… 2019 verra son retour au Bosquet, rue de la République et au champ de mars.

Avant de remercier l’ensemble des acteurs de cette rénovation, il est nécessaire de rappeler l’historique de ce lieu tant prisé des Choméracoises et Choméracois.

C’est en 1980 que Maître Perrin, maire de la commune a entrepris les démarches pour acquérir cette propriété, maison et parc à la famille Vialle. Le projet était d’ouvrir cet espace à la population, aux écoles et aux associations pour des activités ludiques, festives ou encore pour s’y ressourcer. En 1983, l’architecte Eydoleine a reçu mandat du conseil municipal de proposer un projet d’aménagement. Il était même envisagé d’y faire un court de tennis sur la partie Nord. Les travaux se dérouleront en 3 tranches sur la décennie. Au décès de Maître Perrin en 1987, son successeur Roger Bresson aura à cœur de poursuivre l’ouvrage.

Elu Maire en 1989, le Docteur Philippe Jardin y apportera sa touche personnelle et le parc de verdure sera inauguré le 28 juin 1990 en présence d’Henri Torre, président du conseil général de l’Ardèche. Il obtiendra même en 1993 le 1er prix départemental des villes fleuries.

28 ans s’écouleront sans travaux ni entretien conséquent pour un parc perdant de sa superbe. Il n’était pas dans nos projets de le rénover à ce point mais ce n’était pas respecter Chomérac et ses habitants que de le voir devenir un endroit décadent.

L’année passée à la même époque, la douceur du soir, le bonheur d’une pièce du théâtre de Pagnol, « La femme du boulanger » par la troupe de théâtre Baudracco m’ont invité à prendre la décision de rénover le parc… un lieu qui méritait un autre éclairage, un agencement adapté de la scène, un fleurissement digne de ce nom et enfin un mobilier pour accueillir les visiteurs dans les meilleures conditions.

J’ai donné des instructions dans ce sens à Gérard Martel, adjoint à l’urbanisme. Son tempérament, son jugement et son sens de la créativité nous permettent d’apprécier ce soir le travail qui en résulte avec l’appui de Pauline Jimenez, directrice générale des services et Eric Sorbier chargé de l’urbanisme.

Je remercie sincèrement le Syndicat départemental d’énergie, les entreprises Rampa Energie, la Colas pour la qualité de leur travail. Merci également à un Choméracois, Adrien Trousselard pour son soutien et son aide pour les travaux les plus lourds.

Mais ce soir je veux surtout mettre en lumière les services techniques de la commune pour leur investissement. Il y ont passé beaucoup de temps et je suis fier d’Eux car je sais qu’ils l’ont fait avec cœur, démontrant ainsi leur attachement et leur lien affectif à la commune.

Evidemment une telle rénovation a un coût… très supportable par les finances de la commune et qui ne m’empêchera pas de baisser les impôts locaux pour la 3éme année consécutive en 2019. Et si nous obtenons la subvention de la Région qui nous accompagne dans tous nos gros investissements cette opération reviendra à 75 000€.

Choméracoises, Choméracois, le parc de verdure est unique, conséquence d’un long cheminement commencé en 1980, il vous appartient. Aussi je vous demande solennellement de le chérir, de le respecter et surtout d’en faire l’usage qui est le sien : Un lieu paisible et de convivialité. Il sera d’ailleurs sous vidéo protection, je l’espère dans les prochains mois.

Ce soir, j’ai le sentiment d »avoir œuvré pour la mémoire de mes deux illustres prédécesseurs, Maître Yves Perrin et le Docteur Philippe Jardin en redonnant à leur parc l’éclat qu’il n’aurait jamais du perdre.

Pour conclure et avant de passer au buffet offert part les entreprises Rampa, Colas et la municipalité, je voulais encore vous dire que nous honorons chaque jour avec détermination, disponibilité et passion le mandat que vous nous avez confié en 2014 en vous donnant le meilleur service et les meilleures conditions de vie pour « Qu’ In Fine » vous puissiez dire : « Habiter et vivre à Chomérac… Quel Bonheur ! ».

< Revenir à Informations courantes